(9) 08/02/2020


Commentaires de l’entraînement du samedi 8 février.


Pour cette deuxième sortie d’entraînement dans le Sancerrois, le lieu de rendez vous est fixé à Vailly sur Sauldre qui devient notre  point de départ favori car c'est à partir de cette ville que nous trouvons les meilleures bosses du coin.

Arrivés peu avant 14 heures, nous pensions éventuellement trouver Joël notre ancien président et Claudette sa chère et tendre. Ils n'ont pas dû pouvoir se libérer, alors "ils ont délégué" un gars du pays qui roule les r. Sur le parking où nous avons l'habitude de stationner est sorti de sa voiture un monsieur Jean Paul que nous avons baptisé rapidement Jean Paul 3. Il est venu vers nous, curieux de savoir pourquoi nous étions là. Le vélo l'intéresse, il connaît même la maison Duret (qui nous sera peut-être un jour utile car il propose des kits d'assistance électrique pour notre type de vélo). Notre désormais ami Jean Paul nous a raconté sa passion pour le monde du cycle et  il en connaît un rayon le bougre. Il a un vélo qui pèse 15 kg qui lui a tout de même payé 200 euros. Nous luis avons montré les roues carbone de Fred et çà l'a épaté. Son intéressement était tel que j'ai cru un instant que Jean Mi allait le faire adhérer!!! Bien entendu, je n'ai pas résisté à immortaliser par quelques photo notre désormais ami. Sur une des photos apparaît un autre supporter qui lui ne s'est pas attardé et qui manifestement n'avait rien à nous raconter.

Soudain les cloches...de l'église sonnent et viennent nous rappeler que nous ne sommes pas venus là pour acheter du terrain mais bien pour un énième entraînement d'hiver. Donc en avant pour les choses sérieuses et ce n'est rien de le dire, car après deux ou trois kms parcourus, la première bosse se dresse devant nous faisant déjà monter le rythme cardiaque. Il faut jouer du dérailleur, la température sous le maillot monte vite et je tarde pas à récupérer les coupe vent de ceux qui s'en étaient munis.

Les difficultés se succèdent sans pour autant désunir le groupe. Après les rudes montées de l'orme au loup et d'Amigny, je décide d'établir un classement du meilleur grimpeur et c'est le pyrénéen Jérôme qui l'emporte haut la main. Il a d'ailleurs gagné une superbe pancarte que j'ai pris soin de photographier. Les autres coureurs n'ont pu être départagés et je les ai classé deuxième ex æquo. J'ai toutefois remarqué que notre président Jean Marie en avait gardé sous la pédale car il a placé quelques mines lors des dernières ascensions. Attention à lui, il sera redoutable lors des prochaines épreuves auxquelles il participera.

Vers 17 heures nous sommes de retour sur le parking de Vailly tous heureux de cet entraînement rondement mené avec un bilan fortement positif: un temps correct, pas une goutte de pluie, aucune crevaison, 1000 m de dénivelé positif avalés au lieu des 880 annoncés.

Avis aux amateurs pour samedi, n’hésitez pas à nous rejoindre, c'est fort sympa et l'ambiance est bonne.

RogerQ



Commentaires de l’entraînement de Pauline du dimanche 9 février

Nous avons proposé à Pauline, qui ne peux nous accompagner dans le Sancerrois, de venir au rendez vous de 9 heures à La Pomme de Pin pour se joindre au groupe qui effectue la sortie club. Encore trop juste pour effectuer l'intégralité d'un des parcours du jour (55 et 75 kms), Jean Marie et moi l'avons accompagné.

Pas beaucoup de candidats au rendez vous ce matin, cette faible participation pouvant s'expliquer par le temps incertain et surtout à cause du vent annoncé fort. jusqu'à Jargeau, notre bonne élève paraissait facile et j'ai trouvé intéressant qu'elle puisse rouler au milieu du groupe parmi les autres cyclistes. Le vent fort mais de côté lui a permis d'appréhender la technique de l'abri. A Jargeau nous avons laissé le groupe poursuivre la sortie programmée et tous les trois avons effectué le retour jusqu'à Orléans en suivant la levée de Loire.

Le vent cette fois continu et très défavorable ne nous a pas avantagé. Notre équipière d'un jour s'est est plutôt bien comporté et a trouvé d’elle même le meilleur endroit pour se positionner et ainsi moins subir les effets d'Eole. Nous lui avons fait faire du travail un peu plus spécifique, mouliner, mettre du braquet (sur de courtes distances bien entendu). A l'arrivé, elle semblait en avoir plein les "couvre-chaussures" et je pense qu'elle était contente d'en finir. Mais çà rentre le métier et comme pour le forgeron, c'est en forgeant...., pour Pauline ce sera c'est en roulant beaucoup qu'on progresse. Je la sent bientôt capable d'effectuer la cinquantaine de bornes. Et quand elle tiendra la distance, il faudra qu'elle acquière la vitesse. Chaque chose en son temps, çà va venir...patience.

RogerQ